17 mai, journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie

Hello, j’espère que vous allez bien ?

Aujourd’hui, je reviens avec un article un peu spécial, qui me tient particulièrement à cœur. Nous sommes le 17 mai et c’est la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie ! (Et c’est aussi l’anniversaire de mon papa). Il est encore très important à notre époque de faire entendre notre voix, et de montrer qu’on ne se laissera pas faire par tous ces gens qui nous discriminent, qui créent des lois contre nous et qui vont jusqu’à frapper certains d’entre nous, tout ça parce qu’ils pensent qu’ils sont plus « normaux » que nous.

Beaucoup de gens pensent que maintenant, la communauté LGBT+ fait beaucoup de bruit pour rien, et en réclame toujours plus. Mais c’est faux ! Oui, nous en réclamons toujours plus, car il y a encore beaucoup (trop) de discriminations dans notre pays, mais également de nombreux pays qui pénalisent et criminalisent une simple sexualité. Je ne comprendrais jamais comment le fait d’aimer une personne du même sexe que soi peut amener à finir en prison. Cela me dépasse. Mais regardons cela un peu plus en détails, avec des chiffres. Tout d’abord, le nombre de personnes qui ont été agressé physiquement en France a doublé entre juin 2018 et avril 2019. Une personne sur cinq appartenant à la communauté LGBT+ a déjà été victime de violences physiques au cours de sa vie. Et 55%, soit plus une personne sur deux, a déjà subi une agression qu’elle soit physique ou verbale. Vous vous rendez compte, plus d’une personne sur deux de la communauté LGBT+ a déjà été victime d’homophobie. Lorsque l’on voit les chiffres, on se dit que c’est de pire en pire.

ILGA_WorldMap_ENGLISH_Overview_2017

Voici une carte, datant de 2017, sur l’état des droits des LGBT+ dans le monde. C’est la carte la plus récente que j’ai trouvé, mais dans la globalité, il y a très peu de changements. C’est terrible de voir le nombre de pays où l’homosexualité reste un crime, et parfois même où l’on risque la peine de mort. Ces pays, comme l’Afghanistan, l’Arabie saoudite, l’Iran, le Qatar, le Nigeria, le Pakistan, le Soudan, la Somalie ou encore le Yémen, ont des lois qui stipulent que les personnes qui sont homosexuelles doivent mourir. Ce n’est pas croyable. Dans de nombreux pays, il y a des peines de prison, allant de quelques mois/années à des peines de prison à vie. Récemment, le leader de la Tchétchénie a déclaré : « Nous n’avons pas ce genre de personnes ici. Nous n’avons pas de gays et s’il y en a, emmenez-les au Canada. Emmenez-les loin d’ici pour que nous n’en ayons pas chez nous, pour purifier le sang de notre peuple » et il a surenchéri en disant : « Ils sont le démon. Ils sont à vendre, ce ne sont pas des hommes. Que Dieu les maudisse pour ce dont ils sont accusés. Ils devront en répondre devant le ‘Tout-Puissant’« . On croirait entendre les paroles d’un autre temps et pourtant, elles ont été prononcé en 2017.

Les choses peinent à changer, et les mentalités doivent encore beaucoup évoluées. Certes, dans les pays d’Europe et en Amérique du nord notamment, les droits des LGBT+ sont plus nombreux (enfin, ils stagnent voire régressent depuis que Trump est au pouvoir) et nous pouvons faire entendre notre voix, mais il y a encore tellement de discrimination. Et c’est à nous, nous qui pouvons parler, qui pouvons nous faire entendre, de nous battre pour que les personnes LGBT+ aient les mêmes droits, peu importe le pays où ils habitent ! Nous devrions être tous égaux.

Il faut sans cesse garder en tête toutes les avancées qu’il y a eu, au cours de l’histoire, mais il faut aussi se rappeler et penser à tout ce qui peut encore être fait, pour que les personnes LGBT+ n’aient plus peur, peur de se tenir la main ou de s’embrasser en public, peur d’être rejeté ou mis à la rue par leur famille, peur d’être agressé en sortant de chez eux.

Personnellement, j’essaye de ne pas avoir peur de tout ça. Ma famille m’a totalement accepté, donc ce n’est pas mon principal soucis. Pour ma part, s’il doit se passer quelque chose, ce sera plutôt dans la rue que cela se passera. Je n’ai pas honte de moi, ni honte de qui je suis et de qui j’aime. Et oui, il m’arrive d’embrasser mon copain dans la rue, de marcher main dans la main avec lui et je ne m’excuserai jamais d’assumer la personne que je suis. Je n’ai pas à me cacher parce que cela déplait à certaines personnes. Si cela ne vous plait pas, détournez le regard (et allez apprendre à respecter les gens et leurs différences), ce n’est pas mon problème ! Et si un jour, il doit m’arriver quelque chose à cause de mon homosexualité, ainsi soit-il. !e veux dire, je ne cherche pas à provoquer, et je sais me faire discret quand il le faut, mais je ne cacherais pas qui je suis, pour éviter les problèmes. Pendant trop longtemps, la communauté LGBT+ s’est cachée pour vivre librement, mais qu’a-t-on fait de mal par rapport aux hétéros pour ne pas avoir le droit de nous montrer ? Nous n’avons pas à juger une personne sur sa sexualité, c’est tout ! (Et entre nous, il y a tellement d’autres choses à juger sur quelqu’un haha). Alors, sentez-vous libre de vivre comme vous l’entendez, ne laissez pas les gens vous dire quoi faire ou comment agir. Et libérez-vous de tout ça, soyez qui vous êtes, peu importe le regard ou les réactions des gens. Cela n’a pas d’importance !


Je dois avouer que j’ai écris cet article sur un coup de tête, et assez rapidement, donc je m’excuse s’il n’est pas très bien écrit ou organisé. Mais j’ai essayé de parler de ce que je connais, et qui me révolte encore chaque jour. Chacun est libre de vivre comme il l’entend, tant que ça ne nuit à personne, bien entendu ! Et non, la communauté LGBT+ ne nuit pas. Et petite précision s’il y a des gens comme Agnès 😉 (si vous avez twitter, vous comprendrez) qui me lisent, non le lobby LGBT n’existe pas.

Sur ce, j’espère que l’article vous a plu. N’hésitez pas à laisser un commentaire pour que l’on puisse en discuter et on se retrouve très vite pour un nouvel article. Bonne continuation, et n’oubliez pas, soyez audacieux !

P.S. : J’ORGANISE UNE NOUVELLE FAQ : Je vous invite à me poser toutes les questions que vous voulez, sur le blog, sur ma vie, mes études, … Peu importe, tout ce que vous voulez savoir sur moi, j’y répondrai ! Et bien entendu, comme pour la première édition, je mettrai le lien de votre blog si vous en avez un, pour que les lecteurs puissent venir vous voir 🙂

Publicités

8 commentaires sur “17 mai, journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie

Ajouter un commentaire

  1. Je me sens tellement touchée par ce que tu dis, j’ai renié qui j’étais pendant des années maintenant ca va mais il y a encore trop de discriminations dans notre monde c’est affligeant… en tout cas bel article 🙂

    J'aime

  2. Merci pour ce bel article nécessaire, qui sort comme un cri du coeur. Et n’oublie jamais une seule et unique chose: quand tu es confronté à toutes celles et ceux, ignorant.e.s et fermé.e.s du coeur, qui évoquent une supposée ‘normalité’ ou ‘anormalité’, pose toi toujours cette simple question: qu’est-ce qui est normal ? C’est quoi ‘normal’ ? La normalité, ça n’existe pas, ce n’est qu’un concept sur papier glacé, cher aux hétéros coincé.e.s du cul qui l’utilisent comme paravent pour justifier toutes leurs bêtises. L’important, je crois que c’est bien de s’aimer du plus fort qu’on peut dans ce monde de fou !
    Belle semaine à toi 🙂

    J'aime

  3. Merci beaucoup pour ce magnifique article qui m’a beaucoup touché ! Outre l’importance du sujet, le fait qu’il soit écrit à chaud, qu’il soit un cri du cœur, c’est aussi ce qui fait sa force.

    Ça me retourne le cœur de (sa)voir que tant de pays répriment encore le simple droit d’exister, de (sa)voir que tant de pays sont guidés par la haine et l’ignorance. Mais une chose est certaine : le monde est tel qu’il est pour que nous le rendions meilleur, et c’est un combat quotidien.

    Les gens qui pensent que les LGBT revendiquent toujours davantage sont au mieux des gens sous-informés sur la réalité de la situation et au pire des gens qui veulent que les LGBT ne s’expriment plus (ceci afin que l’on cesse de vouloir faire progresser le monde, que l’on cesse aussi de gêner leur conscience qui leur dit que ce qu’ils font est inacceptable, injustifiable, et que c’est une honte) mais pour tous, y compris pour nous-mêmes, nous nous devons de continuer de nous battre pour défendre nos droits à l’existence et à l’égalité, continuer de nous battre contre la haine et l’ignorance, continuer de nous battre pour faire du monde un endroit où chacun pourra vivre sans craindre pour sa vie. Nous ne vivrons plus jamais cachés. Tant que l’un d’entre nous aura à souffrir ou à mourir, où que ce soit dans le monde, en France comme aux États-Unis, en Espagne comme en Australie, en Allemagne comme au Maroc, en Angleterre comme en Iran, en Russie comme au Qatar, en Pologne comme en Égypte, … etc. notre combat ne connaîtra aucune fin. Nous exigeons notre droit à exister et la fin de la discrimination (c’est aussi simple que ça), et tant que nous ne les obtenons pas nous continuerons de les réclamer.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :