La place des femmes dans le cinéma #1

Bonjour à tous !

J’espère que vous allez bien. Cela fait un bout de temps que je ne vous ai pas écrit sur le blog, car j’avais beaucoup de choses à faire en dehors de cela. Mais je vais recommencer à fond, et même peut-être relancer ma chaine YouTube ! Je vous tiendrais au courant 😉

Aujourd’hui, l’article que je vais vous écrire est le résultat (pour l’instant) des recherches qui m’animent, en privé (et j’espère pour mes études, si je suis pris en master !). J’espère que c’est un sujet qui vous plaira. Étant dans le domaine du cinéma, j’ai commencé à m’intéresser aux femmes dans le cinéma, pendant mes études, puis plus précisément, à la place que ces femmes ont dans le domaine du cinéma. Aujourd’hui, je vous propose la première partie de mes recherches. Bonne lecture !


Depuis la création du cinéma, les femmes font partie de ce milieu qu’est l’industrie cinématographique. Mais à quelle place ? Elles sont quelques-unes à avoir travaillé sur des plateaux de tournages, mais à quel poste ?

« Aucun pays dans le monde ne peut aujourd’hui se prévaloir d’être parvenu à instaurer l’égalité entre les hommes et les femmes » Emma Watson

Quand on voit le nombre de femmes au Festival de Cannes, on comprend vite que le domaine du cinéma n’est pas épargné par cette inégalité. D’ailleurs, cette année, 82 femmes ont monté les marches, côte à côte, pour dénoncer le manque de parité, et pour revendiquer l’égalité salariale. 82 femmes qui représentent le nombre de réalisatrices en compétition, depuis le début du festival en 1946 (contre 1688 hommes).

            Depuis toujours la femme est l’objet du personnage masculin, elle est là pour mettre en valeur l’homme, mais doit rester au second plan, ne pas prendre trop de place, être belle, se taire, parler quand on lui demande, … Pourtant, à travers l’histoire, nous avons pu voir que les femmes ont beaucoup plus à donner, et que leur travail mérite d’être connu et reconnu au même titre que le travail du « sexe fort ».

da13d272df693246b130e376694b0b43-festival-de-cannes-82-femmes-montent-les-marches-pour-l-egalite-salariale.jpg

  • Quelques dates et chiffres-clés

Pour situer un peu le contexte et pour montrer la place des femmes dans l’industrie cinématographique à travers l’histoire, il nous faut revenir à la naissance du cinéma, soit en 1895. Un an après la mise en lumière de cette invention, Alice Guy réalise le premier film de fiction de l’histoire, La Fée aux choux. Quatorze ans plus tard, elle monte sa propre société de production Solax Films : c’est la première femme à le faire.

Le premier Oscar décerné à une femme remonte à 1930, pour l’adaptation de Big House par Frances Marion. Deux ans plus tard, grâce au film Le Champion, elle reçoit un second Oscar. En 1936, The Directors’ Guild of America est créé, c’est un syndicat de réalisateurs : la première femme à en devenir membre, deux ans après sa création, est Dorothy Arzner. Le festival de Cannes accueille pour la première fois dans le jury une femme réalisatrice en 1963 : c’est Jacqueline Audry. En 1976, le film Lettre Paysanne met en lumière Safi Faye, la première réalisatrice africaine.

Trois hommes et un couffin attire 10 millions de spectateurs/trices à sa sortie en 1985, et permet à sa réalisatrice Coline Serreau de décrocher trois Césars. Ce film reste encore aujourd’hui le film qui a fait le plus d’entrées avec une femme française pour réalisatrice. La même année, la première femme primée à Venise est Agnès Varda pour Sans toit ni loi. En 1993, il y a enfin une femme qui reçoit la palme d’or (bien qu’elle soit obligée de la partager avec Chen Kaige, avec lequel elle est arrivée ex-aequo) : c’est Jane Campion pour La Leçon de Piano.

En 2000, le test de Bechdel est créé, il sert à évaluer le sexisme d’un film, grâce à trois questions : Y a-t-il deux femmes ? Sont-elles nommées ? Parlent-elles d’autre chose que les hommes ? Ce test sert beaucoup depuis sa création. La même année que l’apparition de ce test, Tonie Marshall obtient le César du « meilleur réalisateur », pour son film Vénus, Beauté Institut : elle reste la seule femme à avoir obtenu ce prix. Une autre femme a été la première et la seule réalisatrice à recevoir un Oscar : c’est Kathryn Bigelow pour son film Démineur, sorti en 2009. En 2014, Jane Campion devient la première réalisatrice à présider le jury du festival de Cannes.

« Seulement 7% des 1800 films soumis à la compétition sont réalisés par des femmes ! » – Jane Campion, lorsqu’elle était présidente du jury du festival de Cannes, en 2014

Tous ces évènements ont mis en évidence des femmes qui méritent d’être dans la lumière, et qui se sont battus pour se faire un nom dans l’industrie cinématographique. Ces dernières deviennent des modèles dans l’histoire du cinéma, et également des modèles pour toutes les femmes qui veulent faire partie de cet univers qui ne leur laisse pas assez de place.

Notre-film-culte-du-dimanche-La-Lecon-de-piano-de-Jane-Campion.jpg

  • Inégalités femmes/hommes

            Au cinéma, la représentation de la femme n’est pas celle que l’on donnerait à un homme. En effet, souvent la femme est « objetisée » dans les films, elle sert les intérêts du personnage principal, l’homme. Malheureusement, le masculin l’emporte trop souvent. L’actrice Geena Davis disait, en 2015 :

« J’aimerais qu’atteindre la parité dans les films semble amusant, facile et créatif. Donnons aux héroïnes plus à faire, plus à dire, des aspirations plus grandes… et habillons-les davantage. »

            L’homme représente la puissance, le pouvoir et l’assurance, c’est lui qui doit protéger à tout prix le personnage féminin – car c’est bien connu, les femmes ne savent pas se défendre et sont de simples petites créatures fragiles – mais rares sont les films où cela s’inverse. Existe-t-il beaucoup de films où le personnage principal est une femme de pouvoir qui protège un homme ? Même sans aller jusque-là, les films où les femmes et les hommes sont représentés sur le même piédestal se font discrets. Ils sont tout de même en augmentation, car l’image de la femme dans la société, en général, a changé.

            Pour prendre un exemple, dans son livre sur la place des femmes pendant la Nouvelle Vague, Geneviève Sellier met en évidence le fait que la femme est invisibilisée dans le cinéma, alors qu’il y a une montée en puissance des femmes dans la société, comme en littérature avec Françoise Sagan, par exemple. Les réalisateurs réduisent l’image de la femme dans leurs films à ce qu’ils imaginent, à ce qu’ils fantasment, comme Jean Seberg dans A bout de souffle de Jean-Luc Godard, qui est l’«objet» de Jean-Paul Belmondo.

            Les femmes sont donc toujours cantonnées au même type de rôle – et pas que dans les films, malheureusement – et cela n’aide personne, et ne fait pas évoluer le cinéma. On reste toujours dans le même schéma, la même logique. De plus, pour les petites filles qui regardent ces films, à quel genre d’héroïne s’identifier ? Quels sont les personnages féminins puissants auxquels s’identifier ? Quels sont les modèles pour les jeunes filles ?

            Mais les inégalités femmes/hommes ne s’arrêtent pas là dans l’industrie cinématographique, bien au contraire. En effet, les femmes n’ont pas le même salaire, les mêmes chances, les mêmes possibilités de métiers et de carrière. Même si on peut lire partout qu’il y a de plus en plus de filles sur les bancs des écoles de cinéma, ces dernières restent tout de même sous-représentées sur les plateaux de tournage.

Image2-EěmilieGodin.jpg

  • Et aujourd’hui ?

A l’heure actuelle, les inégalités sont toujours très présentes vis-à-vis des femmes dans l’industrie cinématographique. En effet, en 2015, seulement 21% des films agréés sont réalisés par des femmes. Il y a certes eu une progression de 3,8 points de pourcentage entre 2006 et 2015 (17,2% des films agréés réalisés par des femmes en 2006), mais elle n’est toujours pas à la hauteur des attentes. En 2006, seulement 35 films étaient réalisés par des femmes, en 2015, 63 films agréés avec une femme pour réalisatrice, soit une augmentation de 80%. Quant aux hommes, sur la même période, ils observent une augmentation de 42,3%. Les femmes vont-elles enfin avoir la place qu’elles méritent au côté des hommes ?

Entre 1996 et 2012, 10 605 réalisateurs sont recensés à l’Observatoire Européen de l’Audiovisuel, seulement 18,4% sont des femmes. Mais depuis quelques années, de plus en plus de réalisatrices émergent et sont mises en lumière. Entre 2006 et 2015, le nombre de réalisatrices a augmenté de 70,7%. Pendant cette période, quelques réalisatrices ont été très actives, avec au moins 3 films à leur actif, comme par exemple Camille Mauduech, Lola Doillon, Maïwenn Le Besco ou encore Axelle Report, Katell Quillevere et Mia Hansen-Love. La France compte davantage de réalisatrices que les autres pays européens. En effet, sur la période 2011-2015, le pourcentage de films réalisés ou coréalisés par des femmes est très différent d’un pays à l’autre : 11,5% pour les anglais, 11,6% pour les espagnols, 19,7% pour les allemands, 10,2% pour les italiens, contre 22,3% pour les films français (sortis en salle en France).

Il y a bien entendu de nombreuses femmes qui travaillent dans la production de films, mais elles ne sont pas représentées de la même façon dans tous les métiers. En effet, il y a 43,7% de femmes dans les métiers du cinéma, en général, ce qui montre tout de même une progression de 20% entre 2006 et 2014, mais elles occupent souvent le même genre de profession.

L’industrie cinématographique a clairement définie les taches en fonction du sexe, des métiers pour les femmes et des métiers pour les hommes : 96% des scriptes, 88,4% des costumier-ères et habilleur-ses et 74% des coiffeur-se et maquilleur-se sont des femmes alors que dans d’autres professions comme électricien-ne, machiniste ou rippeur-se, les femmes ne représentent qu’environ 5%.

Côté budget, ce n’est guère mieux. En effet, que ce soit en terme de devis pour la réalisation d’un film, ou de salaire, les femmes sont la plupart du temps lésées. Entre 2006 et 2015, les femmes ont dû réaliser leurs films avec un budget moyen 1,6 fois moins élevé que celui des hommes. En revanche, une note optimiste, cette différence se réduit d’année en année. Pour les salaires, en revanche, pas d’optimisme. Dans les métiers qui touchent à la production cinématographiques, les femmes touchent en moyenne 40% de moins que leurs collègues masculins. Cependant, certains métiers inversent cette tendance : par exemple, les femmes qui sont scriptes gagnent 9,3% de plus que les scriptes masculins. On peut tout de même noter que la différence de salaire est tout de même très faible quand elle est en faveur des femmes, contrairement à l’inverse.

Tous ces chiffres très précis mettent en lumière une réalité bien précise : la place des femmes dans le cinéma n’est pas encore évidente, pour beaucoup. Elles sont très peu représentées, lorsqu’elles le sont, ce sont toujours les mêmes métiers, elles sont sous-payés et n’ont pas le même financement lorsqu’elles veulent réaliser un film. Cependant, des réalisatrices font entendre leurs voix, et se battent pour se faire une place dans ce monde qui se veut réservé aux hommes. Irait-on, tout doucement, vers une industrie cinématographique où la parité est respectée ? Où les femmes sont respectées et traitées comme les hommes ? Où elles ne doivent pas travailler trois fois plus qu’un homme pour acquérir de la reconnaissance ?

 


J’espère que cet article vous a plu, ce n’est que la première partie, il y en aura surement encore deux ou trois en plus. Vous pouvez laisser un commentaire, pour qu’on puisse en discuter, ou même venir me parler sur Instagram ! (Il est tout nouveau, venez le découvrir, c’est ici : Instagram). Bonne continuation à tous. Et n’oubliez pas, soyez audacieux !

Publicités

4 commentaires sur “La place des femmes dans le cinéma #1

Ajouter un commentaire

  1. Super article, je suis contente de voir que les hommes se sentent aussi concernés par le féminisme ! Savais-tu que Benedict Cumbernatch a déclaré officiellement qu’il ne jouerait plus dans des films dans lesquels les femmes ne sont pas payées autant que les femmes. C’est vraiment cool que ce genre d’initiatives soient menées par des hommes

    J'aime

  2. Super, merci pour cet article très intéressant et d’utilité publique (et qui m’a donné envie de revoir La leçon de piano). Il est clair que les femmes sont encore sous-représentées dans le cinéma et il m’arrive parfois, au bout de quelques films dont les personnages principaux sont systématiquement des hommes, de me dire « bon, quand est-ce qu’on nous laisse une petite place ? ». Cette impression de voir des hommes parler de trucs d’hommes, filmés par des hommes. Mais, parce qu’il y a un mais, je trouve que les choses commencent à bouger. On commence à faire plus de films sur les femmes (je pense notamment à La vie d’Adèle, Tomboy, Bande de Filles, Fish Tank, Wadjda, Mustang, les séries Top of the Lake, Orange is the new black, Handmaid’s Tale et bien d’autres…) et pas mal traitent les choses à travers le prisme de la condition féminine.
    On en discutait aussi avec un ami qui a fait un master en cinéma, qui lui, trouvait que la vision de la femme dans le cinéma avait vachement évolué. Il trouvait qu’on montrait une sexualité féminine beaucoup plus crue, plus vraie et que ça participait à gommer peu à peu cette image de sainte-nitouche pot de fleur que certain.e.s adoraient (ou adorent encore) nous coller ^^
    Bref, j’arrête mon blabla – belle journée à toi !

    J'aime

  3. c’est un article très intéressant, j’ai hâte de lire la suite ! pour l’utilisation du terme « objetisée » par contre, pourquoi n’avoir pas plutôt choisi « réifiée » (qui pour le coup est un mot déjà existant ahah), ou même « objectifiée » (plus courant) ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :