Bonjour,

Aujourd’hui, je fais un article un peu différent de d’habitude, un peu plus sérieux et également un peu plus personnel mais je ressentais le besoin d’en parler. Comme vous avez sûrement dû le voir ou en entendre parler, un attentat a eu lieu lundi soir à Manchester. Le lendemain, quand j’ai vu tous les reportages, les interviews et les vidéos de l’attaque et des réactions, j’ai eu comme un coup de poing dans le cœur. C’était comme si ma respiration s’était coupée quelques instants. Après les précédents attentats, j’étais très triste et touché, bien entendu, mais je n’avais jamais ressenti cela. Je ne sais pas trop pourquoi j’ai réagi aussi différemment cette fois-ci, mais je souhaite en parler avec vous pour, en quelque sorte, exorciser cette douleur, et également pour pouvoir échanger avec vous. Si vous avez besoin de parler ou si vous voulez donner votre opinion, les commentaires sont ouverts à tous. Je suis loin de penser que ce billet va changer la phase du monde, mais s’il redonne l’espoir et le sourire à au moins une personne, je serais déjà très heureux.

Nous vivons tous chaque jour comme si de rien n’était et c’est cela qu’il faut continuer à faire. Par là, je veux dire que nous devons continuer à vivre pleinement. S’enfermer chez soi par peur de ce qui pourrait arriver n’est pas la solution, selon moi. Je sais bien que cela peut être difficile pour certaines personnes, notamment les gens touchés de près par les attentats, les victimes, les familles, les proches. Mais je suis convaincu qu’il faut le faire. Il faut sortir, il faut sourire, il faut rigoler avec ses amis, il faut vivre chaque seconde à fond. Je ne suis pas là à dire « vivez chaque instant comme si c’était le dernier », car c’est un peu extrême, mais je vous dis simplement qu’il faut vivre dans le but de ne pas avoir de regrets. Car effectivement, tout peut s’arrêter du jour au lendemain, c’est une des éventualités malheureuses de notre époque. C’est pourquoi il ne faut pas se gâcher la vie avec des bêtises. Car notre vie est précieuse, et elle est parfois trop courte pour que l’on s’embête avec des futilités. Et c’est d’abord en vivant pleinement et en montrant que l’on n’a pas peur que l’on combattra ces terroristes. Il faut vivre à fond pour toutes les personnes qui ne le peuvent plus.

Cet attentat a tué et blessé de nombreux enfants et adolescents. Cet attentat a touché à la jeunesse et c’est sûrement pour cela qu’il m’a beaucoup plus troublé que les autres. La jeunesse représente la plus grande liberté de notre monde et c’est elle qui est en charge de notre avenir. A l’heure où je vous parle, j’ai 21 ans et il me semble que c’est de mon devoir, grâce à ma petite visibilité, d’échanger avec vous sur ce sujet. Je n’ai pas la même approche que les médias, je vous en parle beaucoup plus personnellement. Beaucoup de jeunes me lisent, d’autres un peu moins jeunes, mais je souhaite dire à tout le monde qu’il faut continuer à vivre, même si c’est difficile au quotidien. On ne peut pas les laisser gagner, les laisser croire que nous avons peur d’eux et qu’ils sont plus forts que nous. Je pense que la jeunesse dont je fais partie est motivée, forte et battante, plus forte que beaucoup de gens le croient, et je pense que chacun doit se battre contre le terrorisme à son niveau. Nous devons montrer que nous ne sommes pas opprimer, et que nous sommes plus forts que ça. Même si nous passons du temps à pleurer pour les victimes, par la suite nous serons à nouveau dans la rue, aux terrasses de café, à des concerts, à des manifestations pour montrer que ce ne sont pas les terroristes qui gagnent. Le climat de terreur qu’ils veulent installer ne fonctionnent pas, car nous sommes plus forts et plus intelligents que ça. Il faut continuer sa vie en se faisant plaisir chaque jour et en donnant autant d’amour que l’on peut en donner. Car peu importe ce qu’il nous arrive, nous ne céderons pas à la peur et à la haine. Nous continuerons d’être unis, d’être forts et d’être libres.


Merci de m’avoir lu, si vous voulez échanger, vous êtes les bienvenues dans les commentaires. En attendant, je vous souhaite une bonne continuation. Et n’oubliez pas de rire et d’être heureux, car c’est de cela dont le monde a besoin.

Publicités