Bonjour tout le monde !

Le mois de mars vient de se terminer, et je vais donc revenir sur les films que j’ai vu ce mois-ci. Et comme il y a eu le printemps du cinéma, j’ai été en voir un peu plus que d’habitude (pas beaucoup, promis…). Bonne lecture !


  • Lion de Garth Davis

Synopsis : Le film est tiré d’une histoire vraie. Un enfant indien, âgé de cinq ans, du nom de Saroo habite dans le quartier de Ganesh Talai. Un jour, il accompagne Guddu, son grand frère à la gare de Khandwa. Ils prennent un train, et arrivé à la gare, Saroo se retrouve seul pendant que son grand frère va leur chercher du travail. Mais Guddu ne revient pas. Saroo a peur et se réfugie dans un train à l’arrêt, et s’endort. A son réveil, il est en route vers une ville qu’il ne connait et ne parvient pas à sortir du train. Ce n’est qu’à Calcutta qu’il va pouvoir sortir du train. Mais il ne s’est pas dire aux gens où il habite. Il est alors recueilli par un orphelinat, et peu de temps après, il va être adopté par un couple d’australiens. On le retrouve à l’age adulte, devenu un véritable australien, bien qu’il garde le souvenir de sa vie en Inde. Ce souvenir va se développer et il va tout faire pour retrouver sa famille biologique.

Lion 1

Un de mes coups de cœur du mois de mars ! Le film est poignant, on reste réellement accroché aux images. Ce que j’ai le plus aimé, c’est qu’on ne tombe jamais dans le pathos. Il y a une tristesse saine, ce n’est pas un film qui veut absolument nous faire pleurer, et on le sent bien. (Même s’il a fait pleurer pas mal de monde dans la salle où j’étais…). C’est une vie racontée sans filtre, sans artifice. C’est réellement un film bouleversant.

Les plans sont magnifiques. Le film mélange subtilement la beauté des paysages d’Inde à la pauvreté et la misère qui y règnent. Mais là encore, on ne tombe pas dans des clichés ou dans des images qui veulent nous montrer la misère. Il y a une sorte de fierté dans les regards, aucune tristesse et les personnages sont dignes, malgré leurs conditions de vie. C’est vraiment beau à voir. Ce n’est pas agréable de voir que des gens vivent encore comme ça, malheureusement, mais leur comportement est magnifique et admirable. Ils ont l’air heureux de leur vie alors qu’ils n’ont presque rien.

Ce film transporte et bouleverse. C’est une magnifique réalisation, et les personnages nous font ressentir toutes leurs émotions. Le fait que ce soit basé sur une histoire vraie ajoute encore de profonds sentiments et cela crée une beauté magnifique. Si je devais vous conseiller un seul film parmi cette liste, ce serait celui-là (le choix est vraiment très dur, pourtant).

Lion 2
Sans doute la plus belle image du film

  • Miss Sloane de John Madden

Synopsis : Madeline Elizabeth Sloane, une des lobbyistes les plus réputées de Washington, est contacté par Bob Sanford, le représentant des armes à feu. Il l’invite à mener la campagne contre le projet de loi Heaton-Harris, qui veut étendre le contrôle des antécédents psychiatriques des acheteurs à toutes les ventes d’arme à feu. Il lui soumet l’idée de courtiser l’électorat féminin. Miss Sloane est favorable au projet de loi Harris, donc elle va refuser l’offre de Bob Sanford. Elle démissionne du cabinet où elle travaillait alors, pour rejoindre Rodolpho Schmidt, qui est en faveur du texte. Ils doivent convaincre 16 sénateurs : on va suivre toutes les tactiques qu’elle va utiliser pour arriver à ses fins.

miss-sloane-photo-film

Ce film est sympa. Je sais, ce n’est pas très intéressant de dire qu’un film est sympa, ça n’apporte rien, mais je trouve que cet adjectif le décrit assez bien. Il n’est ni bon, ni mauvais. C’est un film qui propose une idée intéressante, mais la manière dont elle est traitée ne donne pas envie. C’est vraiment le film typiquement américain, où il n’y a pas de suspens, on connait déjà la fin, c’est une évidence.

Jessica Chastain sauve un peu le film, d’après moi. Elle incarne vraiment bien la femme forte, qui ne se démonte jamais et qui sait ce qu’elle a à faire. On adhère facilement à ses agissements, et elle devient admirable à nos yeux. C’est à peu près tout ce qui est admirable dans ce film. Il se laisse regarder, mais il ne nous donne pas grand chose de plus.

lead_960


  • Grave de Julia Ducournau

Synopsis : Dans la famille de Justine, tout le monde est végétarien et vétérinaire. A 16 ans, elle intègre l’école vétérinaire, où sa sœur fait également ses études. A peine arrivées, les premières années ont le droit au bizutage. Justine est forcée de manger de la viande crue. C’est une première pour elle. S’en suivent de graves conséquences, où Justine va découvrir sa nature véritable.

grave-gros-malaise-s-pendant-la-projection-du-film-produit-par-julie-gayet-a-toronto-video__710326_

Ce film a beaucoup fait parler avant sa sortie, présenter comme un film gore qui ne nous laissera pas indifférent. J’avais beaucoup d’espoir quand j’ai été le voir. Résultats ? Je suis déçu. Il y a très peu de scènes vraiment dérangeantes, selon moi. Après, c’est peut-être un parti pris, pour ne pas tomber dans le cliché du film gore. Personnellement, je reste sur ma faim (mais pas de viande, merci).

Il y a une certaine animalité qui est très développée, et c’est une très bonne chose, ça donne une intensité au film. En revanche, on dirait que l’intrigue s’est perdue en chemin. Il n’y a pas de réel suspens, on pourrait arrêter le film en plein milieu, ce serait sans conséquence. A certains moments, le film est même drôle, sans le vouloir, et c’est vraiment décevant pour un film tel que celui-ci. Je reste assez déçu, même s’il se laisse regarder.

grave-un-film-inclassable-qui-bouscule-les-codes-et-les-spectateurs,M430897


  • Monsieur et Madame Adelman de Nicolas Bedos

Synopsis : L’histoire commence à l’enterrement de Monsieur Adelman. De nombreux hommages, mais également des doutes sur les circonstances de sa mort. Un jeune biographe interview la veuve, qui a été sa compagne depuis les années 1970. Elle raconte toute leur histoire remplie de vie, d’amour, de jalousies, de tromperies et de secrets.

405024

Wow ! Ce film est mon deuxième coup de cœur du mois. Il m’a transporté. On pourrait penser que c’est une histoire bateau d’un couple qui a vécu ensemble pendant 45 ans. Et bien non, pas du tout. C’est un film bouleversant, avec une histoire complexe, remplie de rebondissements tout au long du film. C’est un vrai plaisir de regarder ce film. Le scénario et les dialogues sont recherchés, travaillés, et parfaitement adaptés.

Les acteurs, Nicolas Bedos et Doria Tillier, sont admirables, ils jouent à la perfection et on sent entre eux une passion qui donne une intensité folle au film. Le fait qu’ils soient en couple à la ville joue peut-être. Il y a de belles références, des références intelligentes, ainsi que de belles citations. Le film nous invite à voyager à travers leur vie, leurs goûts, leurs plaisirs et leurs déceptions. Plus qu’une simple histoire de couple, c’est une vraie leçon de vie, et une mise en lumière dans un amour véritable, avec des failles, mais qui a résisté à tout. Et ce rôle de Madame Adelman est une magnifique déclaration d’amour de Nicolas Bedos faite à Doria Tillier.

monsieur-et-madame-adelman.20170321125154


  • Les figures de l’ombre de Theodore Melfi

Synopsis : Le destin extraordinaire de Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson, trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de devancer le reste du monde en matière de conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn. Bien qu’elles aient été dans l’ombre de leurs collègues masculins, et mises de côté dans des « zones pour les gens de couleur », leur histoire est enfin portée à l’écran.

les-figures-de-l-ombre-sag-awards-2017-hidden

Que ce film est beau ! Enfin un film sur des femmes noires charismatiques et fortes, sans tomber dans tous les clichés auxquels on a le droit d’habitude. Tout est bien réalisé dans ce film. Les décors sont beaux, les costumes nous plongent dans l’ambiance de l’époque, et l’histoire nous montre des femmes très intelligentes qui n’ont pas leur place au sommet car ce sont des femmes de couleur, dans un monde misogyne et où la discrimination fait rage.

Le parcours de ces trois femmes est admirable. Pas une fois elles pensent à laisser tomber, pas une fois elles baissent les bras. Elles restent fortes, et prouvent intelligemment qu’elles ont leurs places au côté de leurs collègues masculins. Ce film fait du bien, et aide à faire évoluer les mentalités (car les discriminations perdurent encore aujourd’hui, malheureusement). Je vous conseille vivement d’aller le voir, c’est vraiment une bouffée d’air frais !

les-figures-de-l-ombre.20170224031120


  • Logan de James Mangold

Synopsis : L’histoire se déroule en 2029, les mutants sont en voie d’extinction et les derniers encore en vie doivent rester discrets. Logan est chauffeur de limousine, et essaye de ne pas se faire remarquer. Il prend soin du professeur Charles Xavier, qui est très affaibli. Ils vivent cachés dans un repaire à la frontière américano-mexicaine. Mais après l’arrivée d’une jeune mutante dans sa vie, Logan va devoir mettre sa discrétion de côté et l’aider contre des individus qui lui veulent du mal.

logan_donald_trump_immigrants

Ce film a fait beaucoup de bruit à sa sortie. Et comme souvent, quand j’attends beaucoup d’un film, je suis déçu (juste un peu, cette fois). Ce film est bien, dans la lignée des X-Men mais je n’ai pas été transcendé. Les images sont splendides et la lumière crée des plans magnifiques. Les personnages sont impressionnants et les acteurs jouent très bien. Pour Hugh Jackman, on le savait déjà, mais la jeune Dafne Keen est une petite révélation.

En revanche, le scénario est très banal. On a déjà vu ça des millions de fois, il n’y a pas grand chose qui change. La fin est attendu, et certaines scènes sont peu crédibles. Pour tout vous dire, à un moment, mon amie et moi avons eu un énorme fou rire alors que le but n’était pas du tout de faire rire le spectateur. Selon moi, c’est un film à voir à la maison, mais il ne vaut pas une séance de cinéma.

Logan-2


  • La Belle et la Bête de Bill Condon

Synopsis : L’histoire se passe au 18ème siècle. Un jeune prince, insensible et égoïste, vit dans un château, mais après avoir refusé l’abri à une fée déguisée en mendiante, il est transformé en bête. Il ne redeviendra un homme que lorsqu’il pourra aimer une femme et se faire aimer en retour. Mais au fur et à mesure des années, rien ne se passe. Mais au village à côté du château vit Belle, une jeune fille rêveuse et romantique. Elle est courtisée par un prince, qui n’est pas du tout à son gout. Lorsque son père part pour quelques jours, elle lui demande de lui ramener une rose. Sauf que la rose qu’il cueille appartient au jardin de la Bête. Il est donc emprisonné, mais Belle prend sa place. Elle va découvrir un monde magique et va peu à peu tomber amoureuse de la Bête.

image-belle-bete-film-11

Alors personnellement, je ne l’ai pas comparé au dessin animé Disney (contrairement à tout le monde, j’ai l’impression). Pour moi, La Belle et la Bête, c’est plutôt le film de Jean Cocteau avec Jean Marais et Josette Day. Mais revenons au film en lui-même. J’ai bien aimé le fait que Belle soit cultivée, intelligente, et qu’elle essaye de sortir du schéma pré-établi d’une petite vie tranquille au village. De plus, le choix du casting est vraiment bien ! Même si on peut se dire que c’est anachronique, car il y avait peu voire pas de personnes de couleur en France au 18ème siècle, cela ne choque pas dans le film et fait du bien. Ça sort de ce que l’on voit d’habitude. Et le fait qu’il y ait deux personnages gays (Le Fou et un autre personnage qui apparait peu), je trouve ça bien d’enfin oser la différence. En revanche, un gay ne veut pas dire forcément efféminé, maniéré et qui aime s’habiller en femme. Dommage pour les clichés…

Certains choix esthétiques ne m’ont pas plu, je n’ai pas vraiment compris quel rapport ils avaient dans le film. Certes, le film se doit d’être fantastique, mais il faut tout de même garder une part de vraisemblable. Il y a eu beaucoup de promo autour de ce film, je m’attendais donc à un chef d’œuvre, et finalement ce n’est rien d’autre qu’un joli film. Mais pas plus. Je reste mitigé, c’est dommage, il y avait tellement de potentiel.

Emma Watson, Dan Stevens


Si vous avez vu certains de ces films, je serais ravi d’échanger avec vous, si vous voulez en parler. J’espère que l’article vous a plu. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Et si vous désirez en voir plus concernant mon univers, vous pouvez me suivre sur mes autres réseaux sociaux (je suis très actif sur instagram). Passez une bonne journée, et n’oubliez pas d’être audacieux !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités